Chap. 28 : Début de journée

Jeme réveillais après un profond sommeil sans rêve. J’étirais chacun de mesmembres l’un après l’autre, tous mes muscles renâclaient à la tâche. Mais, ilme suffisait de penser au doux et énergique visage de la reine pour que laferme volonté de réussir m’imprègne à nouveau.

Jesautais plus lourdement que je ne l’aurais voulu au bas de mon lit, allais d’untapis à l’autre jusqu’à la salle de bains. La vasque était toujours pleined’une eau tiède et bienfaisante. Comment ? Je ne me posais plus la question,tout relevait de la magie dans cette tour. Et je ne fus pas autrement surprisde découvrir un copieux petit déjeuner sur la table en endossant ma chemise.

Quelleheure était-il ? Aucune fenêtre ne donnait cette indication. Tout endévorant avec appétit une tartine de pain, je songeais à mon intrusion dans lavie intime de la louve avec ses petits.

Toutdoucement, je pensais à elle. Je reconnus la sensation éprouvée la veille,j’avançais lentement. Elle était réveillée, l’allaitement du matin venait de seterminer. Je sursautais lorsque je me rendis compte qu’elle « s’étaittournée » vers moi. 

-BonjourMaître. 

-BonjourAlpha, comment vas-tu ? 

-Beaucoupmieux, Maître. La meute prend soin de moi et de ma portée comme il est d’usagedans notre société. 

-Jesens comme une interrogation. Aurais-tu quelque chose à me demander ? 

-Jene veux pas vous déranger Maître. Mais, je me dois de vous répondre. C’est ausujet de dernier né de la portée. Il est très différent des autres et même detous les petits que j’ai eu.

-Différentde quelle manière ? Demandais-je très dubitatif quant à mes capacités àévaluer la situation, étant donné le peu de connaissances que j’avais sur cetteespèce. 

-Hiersoir, Darkhan et moi avons eu une conversation au cours de laquelle notre chefs’est montré assez, euh, comment pourrais-je dire dans votre langage,« grognon », toute la portée a eu peur et s’est retirée, mais paslui, il a bien montré les signes de son respect de la hiérarchie, mais sansaucune frayeur.

Lorsqueles bébés deviennent des louvards à quatre mois, le Maître des loups les sondeafin de connaître leur caractère et de s’assurer de leur loyauté. Parfois, danscertains cas, cet examen peut être effectué beaucoup plus tôt. 

-Mais,il vient à peine de naître, n’est-ce pas trop tôt ? Et tu le sais, je n’aipas encore pratiqué un tel acte. 

-Oui,Maître, il faut attendre deux mois encore. Et ce sera à vous de décider. 

-Bien,nous en reparlerons. Bonne journée Alpha. 

-MerciMaître, il faut que vous sachiez que nous sommes tous avec vous. Nous avonsconfiance dans vos capacités et admirons votre courage. 

Uneintense vague de chaleur m’envahit en entendant ces derniers mots, un peu commesi toute la meute s’était jointe à Alpha, peut-être était-ce le cas ? Jesouris. Décidément, je n’aurais de cesse d’être étonné des bizarreries de mondestin.

Jeterminais promptement mon petit-déjeuner et en ouvrant la porte, je découvrisDarkhan qui m’attendait. 

-BonjourMaître. 

-BonjourDarkhan lui répondis-je de la même manière, sans ouvrir la bouche, allons nousentraîner. 

-LaReine n’est pas encore là, vous serez seul pour commencer. 

-Celame convient très bien, dis-je en pressant le pas.

 

Leave a Reply