Chap. 26 : Réflexions

Le soleil descendu derrière les murs, la fraîcheur de la nuit provoqua un frisson le long de mon dos tout en sueur. 

-Maître ?
La voix de Darkhan me tira de mes pensées. Me tournant vers la meute, je me demandais l’espace d’une seconde s’il pouvait lire en moi. 

-Non, maître, je ne puis lire en vous que ce qui m’est adressé, comme cette question que vous venez de vous poser, de même seul le loup auquel vous vous adressez est réceptif, mais vous pouvez vous adresser à nous collectivement. 

-Je découvre au fur et à mesure toutes les possibilités et les conséquences de ce nouveau pouvoir.

-Je suis et serais toujours là pour vous guider, Maître. Maintenant que l’entraînement est fini, nous pouvons à nouveau vous aider. 

-Pourquoi cela vous est-il interdit durant ce laps de temps ? 

-Je ne sais pas, Maître, nous savons ce que nous devons faire et ne pas faire, mais pas toujours les raisons qui dirigent ces choix. Donc, si vous le souhaitez, lorsque vous vous sentirez prêt, vous pourrez vous exercer. Si je peux me permettre, c’est même indispensable que vous maîtrisiez totalement le pouvoir des loups avant de partir. 

-Bien. La journée a été dure. Je n’ai pas vraiment l’impression d’avoir été à la hauteur des espérances de la Reine, mais je n’abandonnerais pas ! Dis-je en serrant les poings. Comment vont Alpha et ses petits ? 

-Elle se remet petit à petit, les louveteaux sont pleins de vie. Mais vous pouvez le savoir par vous-même Maître. 

-Je n’en ai pas encore le réflexe, et je ne voulais pas la déranger, si elle se reposait. 

-Ses marques de respect vous honorent, nous y sommes très sensibles de la part de notre Maître. En affinant votre contrôle sur la puissance de votre pouvoir et vous pourrez nous sentir sans pénétrez trop profondément dans notre esprit. Nous ne sentirons alors qu’un léger frôlement portant votre marque.

Je regardais Darkhan et ses frères. Ils s’étaient levés, positionnés en un arc de cercle dont j’étais le centre. Ils attendaient mon bon vouloir. 

-La journée a été longue, je vais regagner ma chambre. Vous pouvez aller vaquer à vos occupations, dis-je à haute voix tout en essayant de faire résonner mes paroles dans ma tête. 

Toute la meute, sauf son chef, émit un grognement que je ressentais comme un au revoir plein de déférence. Même si j’avais du mal à comprendre mon nouveau rôle de Maître des loups, je devais avouer que je ne regardais plus ces prédateurs de la même façon.

Darkhan m’accompagna jusqu’à la porte de mes appartements, puis me laissa. 

J’entrais, ôtais à la hâte mes vêtements malodorants de la transpiration des efforts physiques de mon entraînement et entrais avec une joie que je criais brièvement dans l’eau chaude de la baignoire. 

Dans le silence ancestral de ces lieux, mon esprit vagabondait, ressassant les différentes questions qui restaient toujours sans réponse. 

Je songeais également à la louve, me remémorant cette expérience unique pendant laquelle j’avais été en elle, aidant la vie à naître. Sa satisfaction d’avoir mené à son terme sa dernière portée m’emplit et me fit réaliser que c’est directement en elle que je puisais ces sentiments. Tout doucement, je m’avançais un peu plus vers elle par la pensée et sus où elle était et ce qu’elle faisait. Je me retirais aussitôt, me sentant comme un voyeur violant son intimité. 
Je sortis rapidement, me séchais et après un repas frugal, je m’endormis comme une souche.

Leave a Reply