Chap. 10 : Face à Face

L’idée de servir de repas à ce monstre me glaça les sangs.

-« Hinge ! »

-« Haï, Majesté »

-« Raconte-nous la prise de cette nouvelle proie ! »

Sa voix forte et claire raconta ma capture avec force détails. La honte de mon déshonneur me rougissait les joues.

Quand elle eut fini, elle m’attrapa violemment par les cheveux, et dit :

-« Il est assez rebelle, mais avec un bon dressage, j’en ferai mon jouet tant qu’il m’amusera ! »

Mon regard croisa celui de la souveraine. L’éclat de ses yeux me transperçait jusqu’au plus profond de mon âme. Mon cœur battait intensément dans ma poitrine.

Sa voix résonna dans ma tête : « Qui es-tu donc chevalier ? Es-tu celui que j’attends depuis si longtemps ? Celui qui entendra mes paroles sans que mes lèvres bougent ? ».

La stupeur dû se lire sur mon visage car Hinge, avec un accent d’inquiétude mêlé de défiance dit :

-« Ma Reine, que se passe-t-il ? »

-« Te dois-je des comptes, ma demi-sœur ? Tu ramènes en notre royaume, un humain, venant d’un monde dans lequel nous ne nous sommes pas aventurées depuis plus d’une centaine d’années. Il doit être examiné par le Conseil Runique ! Donne-le ! »

-« Votre Majesté, c’est moi qui l’ai capturé ! Je dois d’abord le préparer. Le Conseil Runique n’a pas à statuer sur ceci ! »

-« Hinge ! Je te rappelle que je suis seule juge en ce qui concerne la répartition des esclaves ! Ils m’appartiennent tous dès leur entrée sur notre territoire ! Celui-ci comme les autres ! »

Soulagé de ne pas être le prochain rôti, j’écoutais avidement leur échange. Ainsi Hinge était apparentée à la Reine. En ce cas, pourquoi n’avais-je jamais entendu sa voix dans ma tête ? Etait-ce la raison de leur différence de statut ? En quoi consistait ce Conseil Runique ?

Les autres membres de cette assemblée commençaient à s’agiter visiblement mal à l’aise d’assister à cette scène.

Darkhan se leva, s’étira en baillant. Tout le monde le regarda. Il sauta sur le trône et son hurlement résonna comme un grondement de tonnerre. Il regarda tour à tour les deux antagonistes dans le silence total.

Je relevais insensiblement la tête, la pâleur d’Hinge contrastait avec le sourire satisfait de Freya.

Les Walkyries s’avancèrent toutes d’un pas, frappèrent le sol de leurs talons.

-« Haï, le Conseil Runique a statué ! L’ancienne loi a été invoquée ! »

Brunhilde s’avança

-« L’ancienne loi dit que le combat doit se dérouler à la pleine lune, afin que les pierres blanches levées de l’arène soient éclairées pendant toute sa durée! La lune sera à son apogée demain soir ! Freya et Hinge, vous combattrez dans la tradition de notre peuple. L’esclave appartiendra au vainqueur, en attendant, il retournera dans sa cage ! »

-« Mais mère… » lui dit Hinge

-« Suffit, Hinge, va dans tes quartiers, je t’y rejoindrais plus tard. J’ai des préparatifs à organiser »

– « Haï »

Leave a Reply